A l’Insee, drôles d’oiseaux statistiques et culte de la marge d’erreur

Des logiciels aux noms d’oiseaux, des tableaux d’équation, des décennies d’archives sur l’économie française et un credo: « La marge d’erreur ». A l’Insee, on réclame le bénéfice du doute statistique.
« Incohérences », « hiatus », « aléas », ces expressions émaillent les propos de Cédric Audenis, chef du département de la conjoncture de l’Insee, qui présente chaque trimestre à la presse les prévisions pour l’économie française.

 (…)
En décembre, sa « Note de conjoncture » annonçait en France une croissance de 0,4% au quatrième trimestre 2013, 0,2% aux premier et deuxième trimestres 2014. L’Insee ne s’aventure pas au-delà de cet « horizon » de six mois.
(…)
« A très court terme, on a tendance à faire plutôt confiance aux enquêtes, à plus long terme, à deux ou trois trimestres, on prend bien garde à ce que les comportements suivent la théorie », explique M. Zakhartchouk, passé par l’Ecole Polytechnique, comme son supérieur et nombre de ses collègues.
(…)
Très prudente pour ses prévisions à deux trimestres, l’Insee s’aventure aussi sur un terrain plus mouvant: simuler les effets de certaines réformes avec un modèle conçu en coopération avec le ministère de l’Economie: « Mésange » (Modèle Économétrique de Simulation et d’ANalyse Générale de l’Économie).
(…)
Plus récemment, Mésange a tempéré les attentes en termes d’emploi suscitées par le « Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi », un coup de pouce de 20 milliards d’euros aux entreprises.
Si par exemple la députée socialiste et statisticienne Karine Berger, qui en 2002 a participé comme M. Audenis à son élaboration, se réfère volontiers à Mésange, le modèle est critiqué par d’autres économistes. Jacques Sapir lui reproche ainsi une « large dose d’idéologie » néo-libérale.
Soucieux de ne pas entrer dans ces controverses, Cédric Audenis assure que pour la croissance à court terme, « notre credo c’est d’insister sur nos limites, sur les aléas, sur le fait que la prévision est un exercice très incertain ».
(…)
« Notre neutralité ne fait pas de doute », veut croire M. Audenis. La publication de ses prochaines prévisions a été repoussée de deux semaines, au 3 avril, pour ne pas interférer avec les élections municipales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>