Le budget 2010 de l’Etat français marqué par un déficit colossal

Le gouvernement a certes revu à la hausse sa prévision de croissance, tablant désormais sur une augmentation du produit intérieur brut (PIB) de 0,75%, contre 0,5% précédemment. Selon le ministre du Budget, Eric Woerth, cette révision devrait faire rentrer 2 à 3 milliards d’euros supplémentaires dans les caisses de l’Etat. Même pas de quoi financer le dernier train de mesures du « plan de relance » de l’économie, qui devraient coûter 3,5 milliards sur 2010. Afin de ne pas pénaliser la sortie de crise, le gouvernement devrait aussi prolonger des dispositifs censés initialement s’arrêter fin 2009 (prime à la casse automobile, prêt à taux zéro, etc..).

(…)

L’autre grande nouveauté fiscale, la taxe carbone, ne devrait pas avoir d’impact significatif sur les finances publiques, ses recettes devant être intégralement reversées aux ménages (3 milliards d’euros). Cette taxe ne sera pas compensée pour les entreprises, à l’exception des secteurs les plus dépendants du carburant (transports, agriculture, pêche), mais elle ne devrait pas rapporter plus de 2 milliards d’euros.

(…)

Le gouvernement assurant qu’il n’augmentera pas les impôts, et les dépenses totales continuant à progresser au rythme de l’inflation (prévue à +1,2%), le déficit public (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) devrait rester à un niveau record l’an prochain. Il pourrait se situer « dans une fourchette » de 7,5% à 8% du PIB, comme en 2009, a prévenu Eric Woerth. Conséquence inéluctable de ces déficits: la dette publique passerait de 68% du PIB fin 2008 à 83% fin 2010, du jamais vu.

Source : L’Expansion

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>