L’Insee apporte dans sa hotte de bonnes et de mauvaises nouvelles

L’Insee a révisé à la hausse, de 0,5% à 0,6%, la croissance au deuxième trimestre.

(…)

En effet, les experts du boulevard Adolphe Pinard ont confirmé la baisse de 0,1% de l’activité au troisième trimestre. Quant à la hausse de la consommation des ménages, elle ne s’explique que par le rebond des dépenses en énergie (+7,5%).

(…)

Néanmoins, grâce à la performance réalisée au deuxième trimestre, la croissance annuelle serait donc de 0,2% cette année. Mais à une condition : il faut que l’activité progresse de 0,4%, comme l’Insee l’anticipe. La Banque de France est encore plus optimiste. Au regard des résultats de sa dernière enquête de conjoncture, la banque centrale vise une hausse de 0,5% du PIB ! L’économie française finirait donc l’année sur une note positive. Mieux, si ces prévisions devaient se réaliser, l’acquis de croissance en 2014 – c’est à dire le a croissance qui serait enregistrée en 2013 si l’activité restait stable l’année prochaine – s’élèverait à 0,7%. Fixée à 0,9%, la prévision de croissance du gouvernement en 2014 apparaît tout à fait réalisable.

Or, cette prévision est bien fragile si l’on juge par les résultats des récentes enquêtes de conjoncture. Les dirigeants de PME ont le moral dans les chaussettes et les industriels prévoient de réduire leurs investissements en 2014 comme ils l’ont déjà fait en 2013 en raison d’une demande insuffisante. (…) Dans ce contexte incertain, Axelle Lacan, économiste chez LCL table sur une hausse limitée de 0,1% au quatrième trimestre.

Source: La Tribune

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>