Déficit de la France : pourquoi le FMI s’est trompé

(…)

Le FMI a ainsi annoncé mercredi que la France ramènerait son déficit public à 3,7% du PIB cette année et à 3% tout rond en 2015.

(…)

«Le FMI est plus optimiste que le gouvernement français lui-même», ont titré immédiatement les observateurs patentés. Renseignement pris auprès des prévisionnistes de Washington eux- mêmes, ces chiffres sont en léger décalage sur les réalités ou ce qu’on en sait. Le FMI n’a pas tenu compte de la première estimation effectuée sur l’année 2013 par l’Insee en France, qui a la responsabilité des comptes nationaux. Or le 31 mars dernier, il y a à peine dix jours l’Insee avait indiqué que le déficit public ne serait pas de 4,2% comme on le pensait auparavant, mais de 4,3%. Le FMI ne le savait pas quand il a bouclé son document il y a deux semaines: la meilleure preuve est qu’il donne l’ancien chiffre de 4,2% pour l’année 2013 dans son «Fiscal monitor».

(…)

«Nous ne travaillons pas totalement en temps réel» plaide-t-on au siège du FMI . Ce serait effectivement très difficile quand on scrute 188 pays à la fois. Or c’est la révision à 4,3% du déficit 2013 qui a déclenché le changement de pied de l’exécutif français. Dès le 31 mars, au lendemain du deuxième tour des municipales, François Hollande dans son allocution au pays, avait laissé entendre qu’il allait demander à la Commission européenne un nouveau délai pour reporter au-delà de 2015 l’objectif de 3%.

(…)

Source : Le Figaro